Imprimer
Catégorie : Politique
Affichages : 1216

Elections : Le président du BED1 de l’Ouest pourrait être sanctionné pour avoir reçu les doléances de la mairesse de Pétion-Ville  Mme  Claire Lydie Parent
Le conseil électoral provisoire envisage très sérieusement de sanctionner le  président du BED1 de l’Ouest qui aurait pris sur lui la responsabilité d’écouter  les doléances et contestations de la candidate à la présidence, Mme Claire Lydie  Parent écartée de la course pour des problèmes liés à son certificat de décharge  (Cour des Comptes) comme mairesse de Pétion Ville dans le cadre du Bureau de Contestation Electorale Départementale (BCED).

Elections : Le président du BED1 de l’Ouest pourrait être sanctionné pour avoir reçu les doléances de la mairesse de Pétion-Ville  Mme  Claire Lydie Parent
Le conseil électoral provisoire envisage très sérieusement de sanctionner le  président du BED1 de l’Ouest qui aurait pris sur lui la responsabilité d’écouter  les doléances et contestations de la candidate à la présidence, Mme Claire Lydie  Parent écartée de la course pour des problèmes liés à son certificat de décharge  (Cour des Comptes) comme mairesse de Pétion Ville dans le cadre du Bureau de Contestation Electorale Départementale (BCED).

‘’Ceci s’est fait en violation de  la loi électorale qui stipule noir sur blanc que les décisions du CEP sont  finales et ne sont susceptibles d’aucun recours’’, a indiqué le porte-parole du  conseil Richardson Dumesle qui confie même que la ‘’décision du président du  BED1 de l’Ouest est une faute administrative grave et que les conseillers vont  très certainement se réunir pour prendre les mesures de sanction qui s’impose  dans ce cas là’’, a encore précisé le porte-parole qui était assisté, au cours  de ce point de presse hier vendredi, d’un membre du service juridique de l’institution électorale. Les deux  hommes ont confirmé que la liste des 19 candidats retenus sera bien celle qui  sera là le jour des élections le 28 Novembre et qu’il n’y aura aucun  repêché.

Sur  le cas de Wyclef Jean précisément, le CEP a redit que c’est la question de  résidence du chanteur qui a posé problème et que même ses avocats avaient  indiqué que le concerné réside dans le pays depuis le jour de la prestation de serment du président René Préval, or, un simple calcul mathématique nous permet  de comprendre que les cinq années seraient accomplies dans ce cas là le 7 Février 2011. En attendant, les avocats de la vedette du Hip Hop envisagent de porter  l’affaire par devant la Cour Interaméricaine des droits de l’Homme.