Ranmase : Emmanuel Ménard  propose « une grande conférence des anciens présidents haïtiens »

L’actuel directeur général de la mairie de Delmas et principal stratège de la campagne du candidat de Force 2010 (Wilson Jeudy) à la présidentielle du 28 Novembre croit que la seule planche de salut à la crise d’identité actuelle est une grande réunion en Haïti de tous les anciens présidents toujours vivants du pays pour bien  montrer la rupture par rapport à un passé fait de haine personnelle  et de divisons profondes  sur des valeurs fondamentales.

Ranmase : Emmanuel Ménard  propose « une grande conférence des anciens présidents haïtiens »

L’actuel directeur général de la mairie de Delmas et principal stratège de la campagne du candidat de Force 2010 (Wilson Jeudy) à la présidentielle du 28 Novembre croit que la seule planche de salut à la crise d’identité actuelle est une grande réunion en Haïti de tous les anciens présidents toujours vivants du pays pour bien  montrer la rupture par rapport à un passé fait de haine personnelle  et de divisons profondes  sur des valeurs fondamentales.

«Jean Bertrand Aristide, Henri Namphy, Jean Claude Duvalier, Ertha Pascale Trouillot devraient tous se concerter autour de ce qui a constitué leur différence pour tirer des points  sur ce qui pourrait les unir en vue de penser au progrès et au développement de la nation », a dit Emmanuel Menard à l’émission Ranmase sur Caraïbe. Position appuyée par tout le panel qui était composé du sénateur William Jeanty, de l’altermondialiste Camille Chalmers, des anciens sénateurs Gérald Gilles et Gabriel Fortuné.

 Les cinq ont dénoncé la présence de la mission onusienne en Haïti et le renouvellement avant-hier de son mandat par le Conseil de Sécurité. Camille Chalmers est venu avec des chiffres pour expliquer que la présence des soldats onusiens coûtent un peu plus de 5 milliards de dollars à raison de 732 mns de dollars chaque année et un bateau équipé avec tous les services de technologie moderne est stationné dans  la rade de Port-au-Prince dans l’optique d’accueillir les hauts gradés de la mission au cas où la terre se mettrait à trembler de nouveau  ou en cas d’autres catastrophes naturelles comme des cyclones par exemple. Le bateau est loué 112.500 dollars américains tous les jours ; des sommes astronomiques qui auraient pu servir à donner à manger à ce peuple si les Nations Unies souhaitaient vraiment  aider le pays.  Camille Chalmers confie plus loin que la MINUSTAH a échoué sur les principaux objectifs qu’elle s’était fixés ; à savoir rétablir un climat sûr et stable dans le pays, aider à la réalisation d’élections démocratiques dans le pays, de promouvoir le respect des libertés (individuelles et autres) et aussi le contrôle des frontières.

Le constat  établi par le sénateur William Jeanty n’est pas différent et il a dénoncé l’action du président René Préval qui sert de « collabo » aux occupants.  « Il a accepté d’aliéner la souveraineté du pays et quoi de plus normal que lorsqu’il y a des mouvements de manifestation de rue dans le pays que  les chars de l’ONU se précipitent pour se positionner devant le palais national puisqu’en fait ils étaient venus pour la sécurité du président Préval et non pour celle de la population et du pays », confie le parlementaire. Emmanuel Ménard dira même que si le chef de l’Etat est en déplacement à Port-au-Prince ou en province  et qu’il n’y a pas de forces  étrangères  de sécurité sur les lieux, il ne va pas y rester.  « On nous fait payer l’arrogance de 1804 », notera aussi le sénateur Jeanty appuyé par l’ancien sénateur de Lavalas, Gerald Gilles.

Questionné sur les prochaines  élections, les invités sont tous d’accord que le scrutin sera une véritable mascarade organisée au profit de Jude Célestin.  Le Dr Gilles prône le boycott alors que les autres invités sont pour une participation conditionnelle. Jacques-Edouard et ses  déclarations ? Gabriel Fortuné croit qu’il y a du sérieux dans ces propos puisqu’aux Cayes, dans le Sud, il est certain qu’il y a eu  distribution d’armes.  « Il est un ancien premier ministre ; il doit savoir de quoi  il parle », confie William Jeanty alors qu’Emmanuel Menard estime pour sa part que ces déclarations sont trop tardivement venues.

« Comment peut-on  savoir si Alexis était aujourd’hui le candidat de l’INITE, il mettrait la même fougue à dénoncer cet état de fait », accuse l’ancien directeur de la Télévision Nationale. Le Dr Gérald Gilles qui semble montrer une certaine affinité pour l’ancien chef de gouvernement du président Préval  souhaite que tous les partis de l’opposition parviennent à la conclusion qu’ils doivent faire ensemble quelque chose pour bien manifester leur refus d’accepter l’inacceptable ». 

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)