CEP/Élections/Rapport de l'OEA: On prend les mêmes et on recommence

Le dernier communiqué du Conseil Électoral Provisoire rendu public mardi soir remet le processus à la case -départ et peut être aussi considéré comme un camouflet pour l'Organisation des États américains et la cohorte de diplomates occidentaux notamment ceux des États-Unis et de la France qui avaient publiquement manifesté leur soutien au rapport des experts de l'OEA qui avait justement recommandé l'exclusion du candidat du pouvoir, Jude Célestin du second tour pour fraudes massives caractérisées lors du premier tour.

CEP/Élections/Rapport de l'OEA: On prend les mêmes et on recommence

Le dernier communiqué du Conseil Électoral Provisoire rendu public mardi soir remet le processus à la case -départ et peut être aussi considéré comme un camouflet pour l'Organisation des États américains et la cohorte de diplomates occidentaux notamment ceux des États-Unis et de la France qui avaient publiquement manifesté leur soutien au rapport des experts de l'OEA qui avait justement recommandé l'exclusion du candidat du pouvoir, Jude Célestin du second tour pour fraudes massives caractérisées lors du premier tour.

Gaillot Dorsainvil et son équipe renvoient les candidats qui se sentent lésés devant les instances du contentieux du conseil (BCED et BCEN) pour faire valoir leurs arguments. Avec beaucoup de finesse et de diplomatie, le CEP a remercié les experts pour leur travail et les rassure que leurs observations sous forme de conseil contenues dans leur document seront prises en compte dans le second tour des élections  en indiquant aussi que les changements de position (rang) des candidats arrivés en 2e et en 3e préconisés par la mission technique  de l'OEA seront envisagés dans le cadre justement du contentieux prévu par la Constitution et la loi électorale.

En clair, le CEP invite les  candidats protestataires  à venir contester les résultats avec des arguments en mains. Le CEP qui avait pourtant perdu la «voix au chapitre»  pendant tout le temps qu'a duré la vérification opérée par les experts, semble reprendre du poil de la bête et il confirme, sans le dire ouvertement, les résultats préalablement publiés par ses instances et qui avaient placé Jude Célestin en ballotage défavorable au second tour face à la centriste Mirlande H Manigat, lesquels résultats avaient occasionné des manifestations violentes dans le pays pendant deux jours et une nuit. Michel Martelly, le candidat de Repons Paysan dont le travail de l'OEA avait reclassé en 2e tour face à la candidate du RDNP pour la présidentielle a déjà prévu de "prendre le béton" si les résultats préliminaires du CEP sont confirmés au final au mépris du rapport de l'OEA: "Je vais moi-même sortir dans les rues pour défendre mon vote", a déclaré le chanteur ce mercredi.

Le président René Préval et son premier ministre Jean-Max Bellerive n'avaient particulièrement pas apprécié l'inélégance et la formule peu protocolaire des experts qui auraient choisi de provoquer des fuites dans les médias sur les conclusions et recommandations du rapport avant même de le remettre au chef de l'Etat. Peut-être, à travers ce communiqué du CEP, le chef de l'Exécutif chercherait à prendre sa revanche sur la communauté internationale qui voulait le mettre devant une politique de fait accompli !

Le Conseil électoral provisoire (CEP) a retardé le second tour du scrutin, qui devait avoir lieu le 16 janvier, en raison des tensions nées de l'annonce des résultats préliminaires du premier tour début décembre."Selon les dernières informations dont nous disposons, le CEP a,  semble-t-il l'intention d'annoncer les résultats définitifs du premier tour le 31 janvier de manière à organiser le second tour à la mi-février", a indiqué Alain Le Roy, chef des forces de maintien de la paix de l'ONU, lors d'une réunion du Conseil de sécurité.Des experts de l'Organisation des Etats américains (OEA) ont fait savoir que le premier tour avait été entaché de fraudes et que le candidat du président sortant René Préval, Jude Célestin, ne devrait pas figurer au second tour.

Les résultats préliminaires de la présidentielle du 28 novembre avaient provoqué des violences de la part des partisans du chanteur Michel Martelly, arrivé en troisième position et donc exclu du second tour.

Avec 21% des voix, M. Martelly ne comptait que quelques milliers de voix de moins que le candidat du pouvoir Jude Célestin (22%), ce dernier étant donc qualifié pour affronter au second tour une ancienne première dame, Mirlande Manigat, arrivée en tête avec 31% des voix.

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)