Élections du 28 Novembre : la conseillère Ginette Chérubin fustige les "détracteurs" tout en  admettant des « failles » dans le système

Mme Ginette Chérubin"Je suis absolument sidérée quand on veut mettre tout le monde dans le même panier et oublier qu'il y a des niveaux de responsabilité dans ce qu'on appelle l'échec du 28 Novembre", a indiqué Mme Ginette Chérubin ce jeudi au micro de Jean-Monard Métellus à l’émission « Intersection » diffusée sur Caraïbes FM. 

Élections du 28 Novembre : la conseillère Ginette Chérubin fustige les "détracteurs" tout en  admettant des « failles » dans le système

Mme Ginette Chérubin"Je suis absolument sidérée quand on veut mettre tout le monde dans le même panier et oublier qu'il y a des niveaux de responsabilité dans ce qu'on appelle l'échec du 28 Novembre", a indiqué Mme Ginette Chérubin ce jeudi au micro de Jean-Monard Métellus à l’émission « Intersection » diffusée sur Caraïbes FM.

La conseillère électorale croit que s'il y a des gens au niveau de la machine qui auraient été soudoyés pour orienter les élections dans un sens ou dans un autre, on ne peut pas l'associer à cela: "j'ai fait mon travail correctement dans le Sud où J'étais affectée", déclare t-elle comme pour se tirer un salut personnel dans le fiasco du 28 Novembre. Mme Chérubin n'est non plus pas d'accord avec la perception selon laquelle le CEP reste subordonné au travail des experts de l'OEA. En d'autres termes, le collège électoral serait sans autorité puisque mêmes les auditions des  bureaux contentieux ont été suspendus dans l'attente de l'évaluation des  techniciens de l'Organisation hémisphérique: "C'est une approche erronée de la  situation car, le CEP reste toujours maître des lieux et du processus et il  incombera à lui et à lui seul d'annoncer la décision en ce qui concerne  l'opportunité d'un deuxième tour et aussi ceux  qui en seraient concernés".

Questionnée sur les raisons de sa relative prudence sur le dossier du second tour, la représentante du secteur des femmes au CEP est d'avis que, selon les recommandations des experts, elle peut personnellement être d'accord pour une annulation totale des élections si bien sûr les motifs se révèlent pertinents mais, précise-t-elle "nous n'en sommes pas là en ce moment". Ginette Cherubin admet que le CEP a commis de graves failles en même temps qu'elle a essayé de défendre chacune de ses décisions "controversées" y compris celle d'accepter les candidats sans décharge du parlement. Elle est revenue sur sa propre saga liée à ses menaces de démission lors de cette affaire de décharge. Elle estime que la presse et notamment son interviewer en avaient fait tout un tollé alors qu'elle croyait avoir agi en toute bonne foi en revenant sur sa décision après la réserve que le CEP allait faire sortir dans son deuxième communiqué sur la question.

A noter que le deuxième communiqué que le CEP avait fait publier sur cette question de comptables de deniers publics (ministres et premier-ministres)  acceptés sans décharge du parlement n'avait rien dit de nouveau par rapport au premier si ce n'est que les candidats en question ont été admis sous toute réserve (en attendant que le prochain parlement se prononce sur leur gestion antérieure). Une absurdité, dirait-on, quand on sait qu'un rapport négatif de  décharge du parlement pour un président élu et en poste aurait du remettre en question l'élection de celui-ci. On ne met pas la charrue avant les boeufs.

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)