Me Kerby Roberson

Demain jeudi 8 Septembre les 29,000 votants du 7ème district du Comté de Norfolk (Metro-Sud du Massachusetts) auront l’opportunité, pour la première fois depuis 18 ans, de choisir une nouvelle figure politique pour les représenter à la plus ancienne “Maison du Peuple” des Etats-Unis. Dans cette course pour remplacer Walter Timilty, candidat au sénat face à la progressiste Nora Harrington (D) et le jeune indépendant John Lott, sont engagés sept (7) démocrates dont notre compatriote Kerby Roberson.

Originaire de Mirebalais, cet avocat de 54 ans marié à l'obstétricienne Gabrielle Bercy et père de trois garçons (Kerby Louis, Michaël et Julien) a le profil parfait de l’immigrant qui a réalisé le “American Dream”.
Arrivé à New York en 1981 à l’âge de 19 ans pour rejoindre l’une de ses grand-mère de 88 ans et ses trois (3) soeurs aînées, le jeune Kerby Roberson avait opté pour le “pays de l’opportunité” alors qu’il avait déjà en poche sa carte d’admission à la première année scientifique initiale (Physique-Chimie-Biologie) de la faculté de médecine et de pharmacie de Port-au-Prince après ses études classiques bouclées au Collège Canado-Haïtien.

Membre du prestigieux Barreau des Avocats du Massachusetts depuis près de 20 ans, Me Kerby Roberson ne renie pas ses modestes débuts chez l’oncle Sam. Au contraire, c’est pour le candidat un pion important dans sa carte de présentation aux électeurs du 7ème district (Milton-Randolph) où vivent depuis quelques ans (particulièrement à Randolph) de nombreux immigrants haïtiens, asiatiques, hispaniques.
Lors d’un récente réunion communautaire organisée par la branche locale du parti démocrate au Steton Hall à Randolph, le candidat avait lâché: “ Parmi tous les candidats présents ici ce soir, je suis le seul qui reflète ce district avec tous ces mouvements migratoires de ces dernières années”. Slogan de candidat certes, mais qui recèle une vérité historique dans le Massachusetts. En effet, dans cet état du Nord-Est, beaucoup d’hommes et de femmes politiques sont de lointains descendants des “pèlerins” arrivés à Plymouth au 17ème siècle. C’est même le cas au niveau national puisque sept (7) anciens présidents des Etats-Unis sont des descendants de passagers du Mayflower. Parmi eux, le 41ème George Herbert Walker et le 43ème George Walker Bush.

Parlant de ses premiers emplois, “KEURBI” a mentionné avec fierté et une certaine émotion dans la voix son passage dans une usine de Malden (nord du Massachusetts) avec un salaire de $2.50 l’heure, ses longues heures de travail dans plusieurs restaurants de Boston comme “boss boy” (employé affecté notamment dans la cusine au nettoyage de la vaisselle et des tables) ou agent de stationnement de véhicules dans des parkings au centre-ville.

“J’ai tout fait en arrivant ici pour gagner dignement ma vie. Mon histoire est votre histoire, celle de vos enfants et de vos amis” a martelé Me Kerby Roberson le 24 Août dernier lors de sa prestation au Steton Hall en compagnie des six autres candidats (Jon Adams, Jim Burgess, Bill Driscoll JR, Tony Farrington, Denise Swenson et Mike Zullas).
Si les autres candidats évoquent un “besoin de changement” dans le district, Me Kerby Roberson va plus loin.
“Il ne suffit pas seulement d’avoir un autre personnage politique pour représenter ce district à Beacon Hill*, nous avons besoin d’un député qui a vécu les mêmes réalités que le citoyen ordinaire, un député qui peut communiquer avec tout le monde”.

Sur le plan académique, Kerby Roberson a suivi le parcours traditionnel de l’adolescent-immigrant moins fortuné: diplôme de deux ans à Roxbury Community College (MA), licence à Framingham State, dans une une université publique à travers le Pell Grant (subvention fédérale à la formation universitaire depuis 1965 aux Etats-Unis) avant de tout boucler à l’Ecole de Droit Suffolk University en 1991. Et puis après, il y a des certificats pour des programmes de courte durée notamment en administration glanés ça et là (Harvard, Georgetown …).

Sur le plan professionnel, Me Kerby Roberson a débuté sa carrière comme un “Public Defender”, avocat nommé par les services publics pour représenter des personnes qui ne ne sont pas en mesure (pour des raisons financières) d’engager un avocat.
“A  ce poste, j’ai pu acquérir beaucoup d’expériences compte tenu des nombreux cas que je devais défendre par devant les tribunaux mais le plus important c’est que mes “clients” étaient pour la plupart des adolescents dont le DSS (Département des Services Sociaux) avait la charge. Donc, des jeunes qui ne vivaient pas avec leurs parents” m’a confié Kerby Roberson lors de ma visite la semaine dernière à son cabinet qui sert de QG  de sa campagne.

Me Kerby Roberson n’est pas un jeunot (en politique), comme l’a laissé entendre le 24 Août dernier Jason Adams (27 ans), le jeune candidat dans la course à la succession de Walter Timilty. Résident de la ville de Milton depuis 20 ans, Me Kerby Roberson a fait ses armes en politique en 2001 comme membre-élu du “Town Meeting”  de Milton, branche législative composée de 300 volontaires.  Il est donc à sa quatrième compétition électorale. Candidat malheureux aux élections en 2002 (municipales à Milton), en 2005 (députation  dans le 12ème district du Comté de Suffolk face à Linda Dorcéna Forry) et en 2012 (Governor’s Council :  corps composé de 8 élus qui servent de conseillers du pouvoir exécutif dans la nomination des grands commis de l’Etat du Massachusetts dont les juges de la Haute Cour de Justice (Supreme Judicial Court).

De ces 15 années d’expérience politico-civique, Kerby Roberson a beaucoup appris : le sens et l’importance de l’implication (en tant que volontaire) dans la gouvernance locale, le long chemin à parcourir, le système organisationnel à mettre en place, les fonds à collecter et la somme de travail à réaliser pour se faire accepter par l’establishment démocrate au niveau local d’abord avant de gagner ses gallons au niveau du district législatif etc ….

Quand j’ai visité, il y a une semaine,  son cabinet transformé en “QG de la campagne” situé au 1283 Hyde Park Avenue,  l’une des principales artères de ce quartier de Boston, Me Kerby Roberson était seul, devant son ordinateur. Sur son bureau: aucun manuel juridique mais des listes électorales, des documents sur l’ensemble du 7ème district législatif du Comté de Norfolk comprenant partiellement la ville de Milton et le village de Randolph. Et beaucoup ‘d’aide-mémoire” avec des noms de volontaires, d’électeurs.
Pour la liste des votants, le candidat m’a présenté une volumineuse liste, une liste complète de données (database) avec les noms, les addresses, les numéros de téléphone de tous les électeurs ayant exercé ce sacré devoir civique  au cours des quatre (4) récentes élections législatives, municipales et présidentielles.

 

“Cette liste électorale, je l’ai achetée du Parti Démocrate. Tout commence par cet important outil qui coûte $1,200” m’a laissé entendre Me Kerby Roberson en mentionnant les prérequis à la mise en place d’une effective campagne électorale: définir les orientations en fonction des besoins réelles des électeurs, recruter une bonne équipe de campagne, avoir la capacité de collecter des fonds….
Sur ce dernier point, les résultats n’ont pas été satisfaisants. Des $50,000 espérés, le candidat a investi $20,000 de ses fonds propres. Jusqu’à la fin du mois dernier), les contrubutions individuelles ne dépassaient pas $4,000.

“Nos compatriotes ne participent pas financièrement parce qu’ils ne croient pas que je peux ou que je vais gagner” a lâché froidement Me Kerby Roberson quelque peu déçu par la faible contribution financière de la communauté haïtiano-américaine à sa campagne. L’engagement volontaire n’a pas été non plus au rendez-vous.

Pourtant, nombreux sont nos compatriotes qui ont activement participé à la campagne électorale pour la réélection du gouverneur Deval Patrick en 2010,  Barack Obama en 2008 et en 2012 à la présidence, d’Elizabeth Warren au Sénat, de nombreux députés au niveau fédéral, de Martin J Walsh à la Mairie de Boston en 2013, de Charlie Baker, Maura Healey et Deb Goldberg respectivement comme gouverneur, avocate générale et trésorière du Massachusetts en 2014.
Comment expliquer ce comportement? Les réponses à cette question pourraient faire l’objet d’un bouquin “le mal haïtien à l’étranger”. C’est un problème culturel. La culture du MOI au détriment du collectif. Aussi simple que ça.

En dépit de ces pépins, Me Kerby Roberson espère remporter cette course à sept (7). Cependant, il mise sa victoire sur un vote massif des 1500 haïtiano-américains de ce district législatif dont un millier résident à Randolph et le reste à Milton.

Me Kerby Roberson le 24 Août dernier à Steton Hall de Randolph.

Me Kerby Roberson, candidat à la députation dans le Massachusetts from MCTV Ch 283 (Comcast) on Vimeo.

*(siège du Parlement et du Gouvernement du Massachusetts)

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)