Imprimer
Catégorie : OutreMer
Affichages : 2783
Charlie Baker à "Le Foyer Bakery"

La question mérite d’être posée à l’approche de ce 4 novembre qui verra l’arrivée de nouveaux occupants aux trois plus importantes positions électives du Massachusetts: gouverneur, trésorier et procureur général. Si les carottes sont déjà cuites pour les candidats républicains et indépendants opposés aux deux femmes (Deb Goldberg et Maura Healey) qui veulent respectivement devenir  trésorier et procureur général du Bay State à partir de janvier prochain, la course à la succession à Deval Patrick (2006-2014) reste très serrée entre Charlie Baker (R) et Martha Coakley (D).

Pour le ticket démocrate, la victoire passe inéluctablement par le vote massif des inconditionnels, les fidèles des Kennedy, les afro-américains, les immigrants en général y compris un fort pourcentage de latinos. Or dans les élections de mi-mandat, le taux de participation de l’électorat est généralement très faible (moins de 40% dans certains). On comprend alors pourquoi, le DNC (Democratic National Committee), au cours de ses trois (3) dernières semaines, a fait usage de ses grosses cylindrées pour donner du tonus à la champagne de Martha Coakley et de Steve Kerrigan: Michelle Obama, la première dame des Etats-Unis, à Dorchester au Strand Theatre le 4 Octobre, l’ancien président Bill Clinton à Clark University à Worcester le 16 Octobre et l’ancienne Secrétaire d’Etat  Hillarry Clinton à Park Plaza Hotel vendredi dernier. Le Vice-Président Biden pourrait atterir à Boston cette semaine non seulement pour prêcher l’évangile de la participation massive des democrats aux élections mais également pour collecter des fonds devant  couvrir les dépenses exhorbitantes de cette dernière semaine de campagne.

Pour la bande à Baker, la stratégie est tout à fait différente car les républicains représentent entre 11 à 12% de l’électorat du Massachusetts contre 36% de démocrates. Tout en espérant un faible taux de participation de l’électorat, les stratèges du GOP ciblent les nombreux indépendants (plus de 50% dans le Massachusetts) et les “déçus” des 8 ans de l’administration de Deval Patrick. Dans cette catégorie, en effet, on retrouve de nombreux représentants de la communauté afro-américaine et certains immigrants. Peut-on ranger notre compatriote Jean-Claude Sanon dans cette catégorie? En automne 2013 et en 2009, lui qui avait brigué sans succès un siège de conseiller municipal à Boston sous la bannière du parti démocrate. La première fois, JCS avait obtenu 6,000 votes et près de 8,000 l’année dernière sans le support financier ou institutionnel du parti. Il n’avait pour passeport que le support de ses amis et ses 25 années de “services à la communauté”.

Au début de l’année, une nouvelle administration  municipale arrive au pouvoir à Boston avec de nouveaux joueurs au niveau de tous les départements et services. Avec ses 8,000 votes en poche, JCS espérait, peut-être, faire partie de la nouvelle équipe. Il aurait même manifesté ce désir auprès de certains proches du nouveau maire, croit-on savoir. Toutes les portes lui étaient fermées, dit-on, “à cause de sa position ambigue lors du 2ème tour des municipals mettant aux prises John R. Connolly à Martin J. Walsh.  Jean-Claude Sanon, alors candidat au poste de conseiller municipal de Boston dans le 4ème district (Hyde-Park, Mattapan ….) voulait-il miser sur les deux pions à la fois?  Même ses plus proches conseillers refusent de répondre à cette question.


C’est donc un démocrate “frustré” qui a vécu cette longue saison électorale 2014. Au cours de l’élection primaire, il a présenté plusieurs émissions à la television et animé un débat à Brockton entre les candidats démocrates pour le poste de gouverneur. Et en dépit de son appartenance à ce parti, son aide n’a jamais été sollicitée, ne serait-ce comme volontaire, lui qui a pu obtenir 8,000 votes l’année dernière lors du 2ème tour des municipales de Boston.

“Je n’ai pas change de camp” nous a confié Jean-Claude Sanon la semaine dernière après avoir pris part à l’ouverture, à Dorchester, d’un bureau de campagne pour le ticket républicain. “Charlie Baker a sollicité une réunion. Il est venu à mon bureau à Mattapan pour à la fois m’écouter et me faire part de son agenda”, a-t-il ajouté.
Ce matin, accompagné de l’ancien candidat démocrate au poste de conseiller municipal, Charlie Baker a fait le tour de Mattapan Square et en a profité pour visiter des entreprises haïtiennes dont le restaurant Las Vegas sur l’avenue Blue Hill et  “ Le Foyer Bakery” à la Rue Babson.

Jean-Claude Sanon peut-il livrer l’électorat haïtien au ticket républicain?  Ce n’est pas certain. Cependant, malheur aux démocrates qui l’ont ignoré. JCS compte de nombreux atouts: ses nombreux amis dans les média (dont il fait partie) et les églises, ses 25 années de service communautaire et surtout ses 8,000 votes de l’année dernière.

Un extrait d'un point de presse de Charlie Baker ce matin dans la cour de "Le Foyer Bakery".

 

Ce matin à Mattapan Square, Charlie Baker (R), candidat pour le poste de gouverneur en conversation avec le propriétaire de La Vegas Sea Food Restaurant