Le Premier Ministre Laurent Lamothe at MIT«Hugo Chavez» : la nouvelle appellation de l’aéroport international du Cap-Haïtien annoncée par le Premier Ministre Laurent Lamothe, lors de sa rencontre avec la «communauté haïtienne» le 17 Avril dernier au centre sportif « Reggie Lewis » de Roxbury a fait le buzz sur les réseaux sociaux et les grands titres de la presse haïtienne reléguant au second plan un important accord d’appui à l’enseignement en créole des mathématiques et des sciences en Haïti signé entre le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et le ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, M. Vanneur Pierre .....

Dr Chris A. KAISER, le doyen de MIT (Photo de Jean Théart)Hugo Chavez» : la nouvelle appellation de l’aéroport international du Cap-Haïtien annoncée par le Premier Ministre Laurent Lamothe, lors de sa rencontre avec la «communauté haïtienne» le 17 Avril dernier au centre sportif « Reggie Lewis » de Roxbury a fait le buzz sur les réseaux sociaux et les grands titres de la presse haïtienne reléguant au second plan un important accord d’appui à l’enseignement en créole des mathématiques et des sciences en Haïti signé entre le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et le ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, M. Vanneur Pierre ; et le discours prononcé dans la soirée à la faculté de droit de Harvard (Cambridge) par le Chef du gouvernement sur le thème «aide internationale versus investissements directs étrangers : quel est l’avenir d’Haïti».

D’abord, il est important de souligner l’absence d’un dossier de presse à l’occasion de la visite du Premier Ministre Lamothe dans le Massachusetts. Qui devrait préparer ce document? L’ambassade d’Haïti à Washington? Le consulat d’Haïti en Nouvelle-Angleterre? L’équipe de communication de la Primature dont 2 membres (au moins) faisaient partie de cette tournée américaine?
 

Pour une équipe qui veut projeter l’image de «tout se fait autrement et ce, pour la première fois», c’est lamentable de constater un tel manquement aux principes élémentaires de la communication institutionnelle privée ou publique.  A l’arrivée du Premier Ministre Lamothe au Massachusetts Institute of Technology (MIT), à la mi-journée, impossible de fournir la moindre information à un confrère américain de la presse locale sur les membres de la délégation haïtienne. Le contraste était flagrant avec la mise en place du côté de l’institution universitaire: tous les documents de l’accord sus-cité (texte dudit accord, diapositives et  historique) nous étaient remis par les responsables du bureau de communication de MIT. Du côté haïtien, accompagnant M. Lamothe, des fonctionnaires aux mains vides exhibaient à l’assistance leur sourire, tous et trop «Heureux qui, comme Ulysse, ont fait un beau voyage».  Rien n’a filtré sur les entretiens du Premier Ministre Lamothe lors du déjeuner offert à la délégation haïtienne par Dr Chris A. KAISER, le doyen de MIT.  

L’accord signé avec la principale institution universitaire américaine spécialisée dans la technologie dans le but de renforcer l’enseignement en créole des mathématiques et des sciences dans le système éducatif haïtien pourrait constituer le point fort de la tournée du chef de gouvernement aux Etats-Unis mais malheureusement a fait défaut le travail de préparation des nombreux fonctionnaires de la diplomatie en place à Washington et à Boston. Les nombreuses photos postées sur FB et les «tweets» ne sauraient remplacer un dossier de presse soigneusement préparé. Par exemple, où est le texte, sinon un résumé- du discours du Premier Ministre sur la vision de l’équipe au pouvoir relative à la réforme du système éducatif ? Nulle part. Le site web de la primature n’affiche qu’un discours datant du 16 janvier 2013 « à l'exposition nationale sur les risques sismiques en Haiti». Pour les journalistes et tous ceux qui sont intéressés à la recherche, cela pose de sérieux problèmes.


 


Qui était en charge au «Reggie Lewis Center»?

Le Premier Ministre Laurent Lamothe at RCCLe déplacement d’un Premier Ministre à l’étranger nécessite une certaine coordination entre les institutions de l’état (affaires étrangères, coopération externe, ambassade et consulat). A analyser les trois étapes de la tournée de M. Lamothe, le 17 Avril dernier, au Massachusetts Institute of Technology (MIT), au «Reggie Lewis Center» et à la faculté de droit de Harvard, il est à se demander : qui faisait quoi ?

La lettre de la Ministre-Conseillère chargée du Consulat d’Haïti à Boston en date du 9 Avril adressée à InfoHaïti.net annonçait la «rencontre du Premier Ministre avec la communauté haïtienne» sans faire état des deux autres étapes de la visite de la délégation haïtienne, le même jour, dans la région.  Pour la réunion de travail au Massachusetts Institute of Technology et le discours à Havard, la presse haïtienne du Massachusetts était tout simplement tenue à l’écart parce qu’ils sont trop nombreux , ces diplomates qui remplissent nos missions diplomatiques et consulaires pour coordonner la visite de quelques heures d’un Premier Ministre ? Pitit ki gen twop papa, mouri san batize, dit-on dans notre beau créole.

Au centre sportif «Reggie Lewis», une foule immense a fait le déplacement mercredi pour venir écouter le plus jeune premier ministre haïtien. Dans une chaleur suffocante,  le chef de la primature a «déposé  le bilan extraordinaire» de l’administration Martelly/Lamothe : « trois nouveaux aéroports en construction, plus d’un million d’enfants ont accès pour la première fois à l’éducation, relogement de 79% des sans-abris de la région métropolitaine de Port-au-Prince, environ 173 projets de développement local en exécution dans les villes de province, mise en place de nouvelles structures en vue de faciliter les investissements dans le pays, un nouveau parc industriel en construction à Port-au-Prince, ouverture de deux hôtels modernes à Pétion-Ville (Royal OASIS, 5 étoiles et Best Western Premier, 3 étoiles), 700 kilomètres de route en construction, installation de 7,000 lampes solaires dans les communautés rurales, amélioration du climat de sécurité, 15 centres sportifs construits ou en construction à travers le pays, arrestation, jugement et emprisonnement de 65 fonctionnaires reconnus coupables de corruption, amélioration du climat de sécurité : 8 morts pour 100,000 habitants, le taux le plus bas des îles de la Caraïbes … »

Le Premier Ministre Laurent Lamothe at RCCLa phase questions-réponses a été tout à fait chaotique. Les applaudissements des supporters de l’équipe au pouvoir et « les ALORAL » vociférés par des «opposants trouble-fête» créaient de temps à autre un vacarme qui mettait à rude épreuve les nerfs des agents chargés d’assurer la sécurité du Premier Ministre à Boston, une ville encore sous le choc du double attentat à la bombe faisant, il a deux jours, 3 morts et plus de 180 blessés à Copley-Square au centre-ville.  
Monsieur tout le monde se montrait impatient en voulant s’adresser au Premier Ministre. Des propos quelque peu irrévérencieux furent même lancés dans la salle mais heureusement Laurent Lamothe, en bon homme d’affaires, a su garder son calme pour répondre, sans même sourciller,  à toutes les questions, même les plus agressives.

De nombreuses leçons sont  à tirer par nos «diplomates» après la rencontre du Premier Ministre Lamothe  avec la population haïtienne du Massachusetts au centre sportif «Reggie Lewis Center » mercredi dernier.  Les hauts dignitaires d’un état (si petit, si pauvre soit-il) attirent toujours la grande foule. Ils ne doivent jamais être placés à la portée du public. Et surtout, Il ne faut jamais sous-estimer les dangers auxquels ils peuvent faire face. Or, au Reggie Lewis Center, le podium du Premier Ministre était à moins de 3 mètres du public alors que des fouilles en bonne et due forme n’étaient pas opérées à l’entrée principale du bâtiment comme ce fut le cas, quelques heures plus tôt, au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et plus tard en début de soirée, à la faculté de droit de Harvard University où les mesures des plus strictes de sécurité ont été adoptées.

D’autre part, le vade-mecum du diplomate recommande l’application de certaines règles du protocole : éviter les incessants va-et-vient  devant le podium du dignitaire et les gestes brusques dans son environnement immédiat, se placer à une distance raisonnable et  à l’extérieur du champ des caméras même si on est modérateur de l’événement en question. Or, au Reggie Lewis Center, ces règles des plus élémentaires étaient foulées aux pieds par des fonctionnaires qui accompagnaient le Premier Ministre. Pourquoi traverser toute la salle pour lui glisser un message écrit ou lui chuchoter quelques mots à l’oreille ? Vu de loin, cela fait très laid et peu protocolaire. Il y a une distance à observer, une façon de se comporter en public par rapport à un Premier Ministre.  

C’est l’occasion de se poser, une nouvelle fois, ces questions : Qui était responsable de la coordination de la visite du Premier Ministre Lamothe dans le Massachusetts ?  Qui est-ce qui  a préparé les grandes lignes de ses interventions au cours de cette tournée ?

En effet, que ce soit à MIT, au Reggie Lewis Center ou à la faculté de droit de Harvard, aucune mention du montant total de l’aide bilatérale américaine à Haïti alors que le «Programme Petro-Caribe » est présenté comme le modèle de coopération par excellence à chaque étape.  D’autre part, l’Etat du Massachusetts avait dépêché en Haïti plusieurs équipes de secours à la suite du séisme de janvier 2010 sans compter une aide financière accordée à des institutions de santé pour fournir l’encadrement psychologique aux nombreux compatriotes qui ont choisi la Nouvelle-Anglettere comme lieu de résidence.  Aucune mention également des relations entre le Massachusetts et Haïti qui datent de la deuxième moitié du 19ème siècle quand  le sénateur Charles Sumner, alors chairman du Comité des AfFaires étrangères du Sénat, multiplia ses efforts en vue de la reconnaissance de l’indépendance d’Haïti par les Etats-Unis en 1862. Ces impairs diplomatiques  sont à éviter surtout quand on est chef de gouvernement d’un pays dont le financement du budget national dépend à plus de 60% de la coopération internationale.



 

Le discours de Harvard: une heureuse initiative inexploitée par la diplomatie haïtienne

Lamothe at HarvardLe Premier Ministre Lamothe devait clôturer sa visite dans le Massachusetts par un exposé sur l’importance des investissements directs étrangers pour le développement d’Haïti à l’initiative de deux anciens étudiants de Harvard University : Jerry Tardieu, PDG de Royal Oasis et Me Daniele Jean-Pierre, conseillère juridique en chef du bureau de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) en Haïti.  Cette intervention de M. Lamothe, la première d’un Premier Ministre haïtien en fonction dans la plus prestigieuse université du monde, aurait pu laisser des traces si ceux qui sont en charge de notre « diplomatie d’affaires »  aux Etats-Unis avaient compris l’obligation d’arborer leur chapeau d’agent de relations publiques en vue de faciliter une large couverture par la presse américaine.

Cette université, malgré son rayonnement, ne reçoit pas un Premier Ministre tous les mois. Et dire que l’exposé de Laurent Lamothe était suivi d’une séance Questions-Réponses animée par l’un des intellectuels les plus connus aux Etats-Unis, le brillant avocat, Charles J. Ogletree, professeur de droit et directeur du «Charles Hamilton Houston Institute for Race and Justice» à Harvard.
 

Nos diplomates savent-ils que le Massachusetts est la capitale intellectuelle et politique des Etats-Unis ? De la Maison Blanche à la Cour Suprême en passant par les deux Chambres,  les milieux financiers : presque tout ce monde est passé à Boston avant d’atterrir à Washington. Notre Premier Ministre se trouvait dans le «back yard » de John Kerry. Or nos diplomates n’ont pas pensé à organiser un  tête-à-tête avec des  officiels haïtiano-américains du Massachusetts, pourtant très proches du  chef de la diplomatie américaine. 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)