FLASH: Me Jean Danton Léger devrait retouver son poste comme Commissaire du Gouvernement près le Tribunal Civil de Port-au-Prince peu avant 4heures cet après-midi.

Après plusieurs mois de tergiversations et d’atermoiements, le Sénat de la République a finalement pu tenir séance pour statuer sur la loi organique de l’Unité centrale des renseignements financiers ainsi que les amendements apportés à la loi sanctionnant le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Me Jean Danton Léger, Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, a été transféré aujourd'hui au même titre à Jacmel en remplacement de Me Françoise Moralité, par décision du Ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Me Camille Junior Edouard. "Cette mesure est effective à partir de la date de la présente (28 septembre)", lit-on dans la lettre du Ministre adressée à l'ancien député de Léogane.

En réaction à cette décision du Ministre de la Justice et de la Sécurité publique, 10 sénateurs ont demandé à ce dernier le retrait de la msesure frappant Me Jean Danton Léger.

Accusé de blanchiment et de détournement de fonds, l’ancien directeur général  de l’Office National Assurance-Vieillesse (ONA) Sandro Joseph a été déclaré non coupable et libéré par le juge Mathieu Chanlate.

Le 12 avril 2006, Haïti a adhéré au programme PetroCaribe après la signature de la convention y relative par les présidents Hugo Chavez du Venezuela et René Préval d’Haïti. Ce programme constitue une facilité offerte à divers pays de la région pour faire l’acquisition des produits pétroliers à un coût raisonnable et payer leur commande suivant des modalités avantageuses. Haïti avait ainsi la possibilité de payer un certain pourcentage de sa facture pétrolière à la livraison et de verser le solde dans un fonds qui devait servir à financer des projets économiques et sociaux. Il s’agit en fait d’un prêt concessionnel au taux préférentiel de 1% l’an remboursable sur vingt-cinq (25) ans avec un délai de grâce de deux (2) ans.

Le Ministre de la justice Camille Edouard Jr

Suite aux nombreux cas d’attaques à main armée enregistrées dans la capitale haïtienne ces derniers jours, le Ministre de la justice Camille Edouard Jr, a tenu à exprimer « sa peine et sa désolation » notamment aprs le décès tragique de l’ancien directeur des Presses Nationales Wilhems Edouard qu’il considère comme « comme un grand spécialiste des droits d’auteur qui a servi son pays ».

Dans une note rendue publique ce 30 décembre 2016 et dont copie est parvenue à Infohaïti.net la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) informe que les corps sans vie des deux policières ont été découverts dans la matinée du 30 décembre 2015 dans leur residence au Cap-Haïtien.

Dans une lettre adressée à Me Ocname Clamé Daméus, Commissaire du Gouvernement près le Tribunal Civil de Port-au-Prince, le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) de « mettre immédiatement l’action publique en mouvement contre les auteurs, instigateurs, complices ou receleurs » des nombreux cas de corruption auxquels seraient mêlés des candidats malheureux aux législatives, des avocats, des juges, des membres du Conseil Electoral Provisoire (CEP) et du Bureau du Contentieux Electoral National (BCEN). Cette lettre coïncide avec la publication par l’organisme électoral des résultats du 2ème tour des législatives du 25 Octobre dernier et la formation par le président Martelly d’une Commission chargée « d’évaluer le processus électoral ».
 

The Haitian Studies Association(HSA) strongly deplores and condemns the racialist policies taken by the government of the Dominican Republic against some of its native-born black citizens of Haitian descent and black immigrants, in defiance of international law and common human decency. The decisions made by the supreme judicial authorities of the Dominican Republic follow a long-established historical pattern of unending racial discrimination masquerading as patriotism and national sovereignty.

Le 8 février 2014, le Coordonnateur Général de la POHDH, Daniel DORSINVIL ainsi que sa femme, Girldy LARECHE DORSINVIL ont été abattus par balles à Bois-Patate. Un an après cette exécution crapuleuse, la Plate-forme des Organisations Haïtiennes des Droits Humains (POHDH) estime qu’il est inconcevable de continuer à claironner à qui veut l’entendre, que le couple DORSINVIL a été assassiné par des bandits non-identifiés.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)