Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Camille Junior Edouard (droite), et le DG de la PNH, Mikerlange Gédéon (gauche), le mercredi 7 décembre 2016. | Photo : J. J. Augustin

Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Camille Junior Édouard, accompagné du directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), Mikerlange Gédéon, et de quelques membres de son cabinet à répondu à l’invitation de la Commission justice, sécurité et défense nationale du Sénat de la République autour de l’évolution du climat d’insécurité qui prévaut dans le pays ces derniers jours.

Le ministre, répondant aux questions des pères conscrits, a fait savoir que la politique pénale du gouvernement est basée sur le principe de « tolérance zéro ».
« Nous avons pris l’engagement d’appliquer le principe tolérance zéro contre tous les agents de désordre. La police doit sévir contre tous les fauteurs de troubles », a lancé le ministre de la Justice et de la Sécurité publique qui dit n’entendre pas faire d’excès de zèle ni se laisser manipuler. Par rapport aux manifestations de rues qui se sont multipliées durant ces derniers jours, Camille Junior Édouard a reconnu que le droit de manifester est garanti par la Constitution, mais la police doit être notifiée de toutes manifestations, a fait savoir le ministre de la Justice qui dit n’entendre accepter de menaces sous quelques formes que ce soient, d’où qu’elles viennent.

 Concernant les dernières manifestations qui avaient provoqué plusieurs casses notamment des pare-brise de véhicules, le directeur général de la Police nationale, Mikerlange Gédéon, a informé que pas moins de 8 personnes ont été interpellées dans le cadre de ce dossier. Quatre à Delmas et quatre autres appréhendées à carrefour « Ti four » à Port-au-Prince. Le DG de la PNH a souligné que ses troupes sont déterminées à protéger les vies et les biens de toutes les personnes. Et par rapport aux fêtes de fin d’année qui s’approchent, le commandant en chef de la PNH a donné la garantie que des mesures seront prises pour que les fêtes se déroulent dans un climat sécuritaire en dépit des déclarations intempestives venant de part et d’autre dont les unes sont plus menaçantes que les autres. M. Gédéon a dit déjà travailler sur un plan spécial de sécurité à l’occasion des fêtes de fin d’année. Il s’est toutefois gardé de révéler ce plan à la presse.

Par rapport à un ensemble de dossiers soulevés à cette séance de convocation, le ministre de la Justice ainsi que le DG de la PNH ont fait bien des lumières. De la mort du jeune tué aux Cayes lors de la distribution d’aide aux incendies des marchés de Pétion-Ville et de Bizoton en passant par l’attaque du commissaire du gouvernement de Jacmel et la mort de l’inspecteur de police dans l’Artibonite, Mikerlange Gédéon a expliqué: pour le dossier relatif au jeune garçon tué par balles lors d’une distribution d’aide aux Cayes en octobre dernier, Mikerlange Gédéon a informé à la commission que le policier fautif après avoir été auditionné au niveau de l’Inspection générale de la PNH, a été déféré, il y a deux jours, pardevant le parquet du tribunal de première instance des Cayes pour les suites de droit.

Pour ce qui concerne la mort de l’inspecteur de police à Petite- Rivière de l’Artibonite, le DG de la PNH dit avoir déjà identifié les coupables. 18 personnes ont été interpellées par la police dans le cadre de ce dossier. La police a pu remonter à quatre personnes directement impliquées dans cet assassinat et elles sont activement recherchées, a fait savoir Mikerlange Gédéon qui n’a pas voulu citer de noms.

 Hormis les cas de mort, les dossiers relatifs à l’incendie de marchés publics (la coupe à Pétion-Ville et le marché de Bizoton à Carrefour) ont été aussi abordés au cours de cette rencontre qui a duré plusieurs heures. Des enquêtes sont en train d’être diligentées sur ces dossiers, a informé le DG de la PNH. Pour ce qui concerne le marché de Pétion- Ville, la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) est déjà saisie de l’affaire et l’enquête est à sa phase finale. Sous peu les conclusions de cette enquête seront communiquées aux autorités compétentes, a garanti M. Gédéon.

Pour le marché de Bizoton, le commandant en chef de la PNH a recommandé d’éviter toutes conclusions hâtives en liant cet incendie à la politique. En attendant que l’enquête soit menée, les premières informations laissent croire que l’incident serait d’origine plus accidentelle que criminelle, a fait savoir M. Gédéon. Le principe tolérance zéro est le nouveau mot d’ordre lancé par le ministre de la Justice. Les coupables des cas de morts, des incendies seront punis conformément à la loi, selon le ministre qui a rassuré qu’aucun dossier ne sera classé sans suite, ni aucune enquête sans conclusion. La police doit mettre la main au collet de tous les fauteurs de troubles, a conclu Camille Junior Édouard.

Noclès Débréus

Source : Le National
 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)