Imprimer
Catégorie : Environnement
Affichages : 1693

Suivant un arrêté rendu public par le Ministère de l’Environnement en date du 1er Août 2013, la production, l’importation et la commercialisation des sacs en polyéthylène sont formellement interdites sur le territoire national ainsi que des intrants et objets en polystyrène expansé à usage alimentaire unique tels plateaux, barquettes, bouteilles, sachets gobelets et assiettes.

Suivant un arrêté rendu public par le Ministère de l’Environnement en date du 1er Août 2013, la production, l’importation et la commercialisation des sacs en polyéthylène sont formellement interdites sur le territoire national ainsi que des intrants et objets en polystyrène expansé à usage alimentaire unique tels plateaux, barquettes, bouteilles, sachets gobelets et assiettes.

Cet arrêté fraîchement publié remplace celui adopté le 9 août 2012. Ces mesures visent à garantir un environnement sain pour le bien être de la population tout  en encourageant l’usage de produits biodégradables capable de protéger l’environnement physique du pays.

 Le Ministre de l’environnement Jean François Thomas a expliqué que l’utilisation de ces produits à base de polyéthylène et polystyrène constituent un problème majeur pour l’environnement. A en croire le ministre, ces objets à usage unique sont polluants, nocifs à la santé de la population.   Une fois jetés à la poubelle ou en pleine rue, par voie de conséquence  les canaux d’évacuation  sont obstrués par ces déchets qui prendront des décennies pour se désagréger.

S’il est vrai que le Ministère de l’environnement est concerné au premier chef par cet arrêté interdisant sur le sol haïtien la production, l’importation et la commercialisation des produits en polyéthylène et en polystyrène, pour un début d’application de cette décision, d’autres entités de l’état entendent jouer leur partition. Le service métropolitain de collectes de résidus solides se dit  prêt à intervenir sur le terrain en vue de procéder à la confiscation des produits précités.

Notons qu’un arrêté du même genre a été adopté en août 2012, mais les objectifs poursuivis par les autorités haïtiennes n’ont pas été atteints.