Imprimer
Catégorie : Education
Affichages : 2087

Réouverture des classes-Crise : Manifestations de plusieurs lycéens hier devant le Ministère de l’Education Nationale  et de la Formation Professionnelle (MENFP)
Les écoles, timidement, ont repris les activités depuis le 5 Avril dernier dans les départements touchés par le séisme du 12 Janvier dernier. Toutefois, plusieurs centres d'enseignement, notamment les lycées de la capitale et des zones environnantes comme la Croix des Bouquets ou Carrefour ne sont toujours pas en mesure de reprendre les cours en raison notamment de la présence sur les cours de ces établissement de nombreuses familles sinistrées lors du tremblement de terre.

Réouverture des classes-Crise : Manifestations de plusieurs lycéens hier devant le Ministère de l’Education Nationale  et de la Formation Professionnelle (MENFP)
Les écoles, timidement, ont repris les activités depuis le 5 Avril dernier dans les départements touchés par le séisme du 12 Janvier dernier. Toutefois, plusieurs centres d'enseignement, notamment les lycées de la capitale et des zones environnantes comme la Croix des Bouquets ou Carrefour ne sont toujours pas en mesure de reprendre les cours en raison notamment de la présence sur les cours de ces établissement de nombreuses familles sinistrées lors du tremblement de terre

Les travaux de déblaiement pour les sites scolaires gravement endommagés ou totalement détruits se poursuivent de même que la relocalisation des sinistrés qui s'y trouvent mais, le rythme  plutôt lent avec lequel ils se déroulent inquiète plus d'un et d'aucun pense qu'on va arriver au terme de l'année scolaire sans que la majorité des élèves des zones sinistrées n'aient eu accès au pain de l'instruction.  Les élèves des dits lycées qui sont conscients de cette réalité et qui vivent l'amère expérience d'une école à double vitesse contrairement aux belles paroles de René Préval à la conférence du 31 Mars dernier à NY étaient venus en nombre imposant devant les locaux du ministère de l'Education Nationale à la rue du Dr Audain hier matin cracher leurs frustrations et amertumes aux responsables.

L'accueil n'était pas des plus chaleureux avec des agents de sécurité du MENFP déterminés à ne pas laisser les manifestants investir l'enceinte du bâtiment. Les échauffourées qui en découlaient avec des jets de pierres des élèves suivis de la riposte des agents qui ont tiré en l'air pour les disperser la foule ont provoqué des blessures légères sur quelques élèves (bousculade et chutes en tentant de fuir les lieux et non par balles). Les élèves qui ont réclamé que les sinistrés soient déplacés et relogés et que des tentes soient rapidement installées sur les cours des écoles promettent de revenir à la charge tous les jours jusqu'à la satisfaction complète de leurs revendications.