Imprimer
Catégorie : Education
Affichages : 3471

 

 

L’importance de l’enseignement de langues étrangères aux Etats-Unis à l’heure de la mondialisation : plus de 7,000 professeurs en congrès annuel à Boston depuis vendredi
Conférence annuelle de l’ACTFL (American Council on the Teaching of Foreign languages) à Boston“Langues : portes ouvertes sur le monde”, c’est le thème central de la conférence annuelle de l’ACTFL (American Council on the Teaching of Foreign languages) – conférence à laquelle participent du 19-21 novembre à Boston plus de 7,000 professeurs de langues étrangères   des écoles primaires, secondaires et institutions universitaires des Etats-Unis.

L’importance de l’enseignement de langues étrangères aux Etats-Unis à l’heure de la mondialisation : plus de 7,000 professeurs en congrès annuel à Boston depuis vendredi
Conférence annuelle de l’ACTFL (American Council on the Teaching of Foreign languages) à Boston“Langues : portes ouvertes sur le monde”, c’est le thème central de la conférence annuelle de l’ACTFL (American Council on the Teaching of Foreign languages) – conférence à laquelle participent du 19-21 novembre à Boston plus de 7,000 professeurs de langues étrangères   des écoles primaires, secondaires et institutions universitaires des Etats-Unis.

Pour lancer ce vendredi  ce grand rendez-vous, la principale association de prof de langues aux Etats-Unis a invité, l’ambassadeur Richard Haas, ancien conseiller du secrétaire d’état américain Colin Powell et actuel président de Council on Foreign Relations, l’un des plus influents centres américains de réflexion dans le domaine des relations internationales.

 

Dans son plaidoyer en faveur de l’augmentation des programmes d’enseignement de langues étrangères aux élèves américains de la classe maternelle à l’université, le Dr Haas a présenté avec un luxe de détails les nouvelles donnes géopolitiques du 21ème siècle marquées par la vitalité économique de la Chine et de l’Inde, l’instabilité sans cesse croissante au Proche-Orient et surtout les dangers posés par des acteurs presque insaisissables du terrorisme international.

 

“Après la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis représentaient 50% de l’économie mondiale, au début de ce siècle nous avoisinons 20 ou 25%”. Sur le plan démographique, nous sommes 5% de la population mondiale alors que la Chine et l’Inde en constituent 40%” a fait remarquer l’auteur du récent livre à succès” “ Guerre de Nécessité, Guerre de Choix: Mémoires sur les deux Guerres contre l’Iraq”.

 

A un moment où les Etats-Unis se préparent à connaître une cure d’austérité pour tenter de freiner la hausse vertigineuse du déficit budgétaire près de 1.5 trillion de dollars avec l’arrivée en force au Congrès au mois de janvier prochain des nouveaux élus républicains, il est clair que le Départment Fédéral de l’Education sera l’un des plus visés. Et  dire qu’aux Etats-Unis, les langues et les arts sont les deux premières matières à être enlevées des programmes d’enseignement, l’ACTFL (American Council on the Teaching of Foreign languages) envisage de monter une véritable campagne à tous les niveaux (local, état et fédéral) en vue de convaincre tous les élus qui ne considèrent pas prioritaire  l’enseignement des langues étrangères dans les écoles américaines. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre le projet de loi HR-6036 présenté le 30 juillet à la Chambre des Représentants par Rush Holt, député démocrate du 12ème district.

 

A la convention annuelle des professeurs de langues étrangères, la première journée a été marquée par plus de 250 présentations sur des sujets aussi variés que le développement des curricula, l’intégration de la technologie dans les salles de classe, l’importance de la culture et de l’histoire, la préparation électronique des portfolios, l’évaluation des programmes d’enseignement…..

 

Dans les couloirs de la conférence, les discussions entre professeurs et administrateurs portaient non pas sur ce qui se passe dans les salles de classe mais plutôt sur les coupes budgétaires dans leur district scolaire budgétaire qui affecteront leur programme d’enseignement. Ces discussions à Coeur ouvert ont mis également en exergue le fosse combine béant existant entre les écoles publiques et privées, les écoles dans les districts des banlieues et celles des grandes villes. Les statistiques parlent d’elles-même:  51 % d’élèves des classes élémentaires des écoles privées ont accès aux programmes d’enseignement de langues étrangères contre 15% pour les élèves des écoles publiques.

 

Sur le plan commercial, ce fut l’occasion pour toutes les grandes compagnies de production de matériels didactiques, les principales maisons d’édition d’exposer leur nouvelles créations. A noter, une présence impressionnante de la Chine avec le mandarin dans l’espace réservé aux exposants.