Le Groupe de la Banque mondiale s’est fixé pour objectif de promouvoir une prospérité partagée et mettre fin à l’extrême pauvreté à l’horizon 2030. Plus de la moitié des pays de la planète sont parvenus à faire baisser à moins de 3 % la part de la population vivant avec moins de 1,90 dollar — ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils aient gagné la bataille contre la pauvreté. On observe en outre une dichotomie grandissante entre, d’une part, des régions du monde où l’extrême pauvreté reste obstinément élevée et, d’autre part, d’autres régions où elle est négligeable voire inexistante.

Face à ces trajectoires divergentes, un nouveau rapport de la Banque mondiale vient approfondir notre compréhension des dynamiques à l’œuvre. Intitulé Poverty and Shared Prosperity 2018: Piecing Together the Poverty Puzzle (a), le rapport s’attache à « assembler le puzzle de la pauvreté », c’est-à-dire à mieux appréhender les différentes pièces qui la composent. Pour cela, il introduit de nouveaux instruments et moyens de mesure qui aideront les pays à mieux identifier les pauvres
et à mettre en œuvre des politiques adaptées en vue de renforcer le capital humain et d’améliorer les niveaux de vie.

Entre 1990 and 2015, plus d’un milliard de personnes sont parvenues à s’extraire de l’extrême pauvreté. Le taux mondial de pauvreté n’a jamais été aussi bas qu’aujourd’hui : près de 36 % de la population mondiale vivait avec moins de 1,90 dollar par jour en 1990, contre 10 % en 2015. Selon des estimations préliminaires, le taux d’extrême pauvreté devrait s’établir à 8,6 % en 2018, soit en-deçà de la cible   intermédiaire de 9 % fixé pour 2020.

Ce recul s’explique en grande partie par les taux de croissance spectaculaires enregistrés par les pays d’Asie, et en particulier par la Chine et l’Inde. Mais tandis que la pauvreté continue de baisser globalement dans le monde, le rythme de réduction de la pauvreté ralentit. Si cette tendance nouvelle se poursuit, elle risque de compromettre l’objectif de mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici à 2030. 

Les raisons de ce ralentissement inquiétant tiennent au fait que la pauvreté tend à s’enraciner de plus en plus dans certaines régions du monde, à savoir essentiellement en Afrique subsaharienne et dans les pays en situation de conflit. Le nombre total de pauvres est en hausse en Afrique subsaharienne ; en 2015, la région comptait davantage de personnes vivant dans l’extrême pauvreté que l’ensemble du reste du monde. Les projections indiquent qu’elle concentrera en 2030 près de 90 % des personnes vivant dans l’extrême pauvreté dans le monde, tandis que ses taux de pauvreté resteront supérieurs à 10 %. 

  Suite de l'article sur le site de la Banque Mondiale

 

 

 

 

 

 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)