Jean Yves Joseph, EconomisteSelon une enquête une enquête nationale conjointe réalisée entre avril et mai 2011 par la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA), 4,5 millions d’haïtiens sont en situation d’insécurité alimentaire dans le pays soit 45% de la population. Une situation qui s’explique par de nombreux facteurs dont la baisse considérable du pouvoir d’achat des plus vénérables de la population sur le plan économique, la baisse de la production agricole nationale....

Jean Yves Joseph, EconomisteSelon une enquête une enquête nationale conjointe réalisée entre avril et mai 2011 par la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA), 4,5 millions d’haïtiens sont en situation d’insécurité alimentaire dans le pays soit 45% de la population.
Une situation qui s’explique par de nombreux facteurs dont la baisse considérable du pouvoir d’achat des plus vénérables de la population sur le plan économique, la baisse de la production agricole nationale et surtout l’augmentation des prix des denrées alimentaires importées.

« Haïti importe près de 60 % de ses besoins alimentaires.  Le riz qui constitue la base de notre ration alimentaire est importé à près de 80% » nous dit Garry Conille dans l’énoncé de sa politique générale devant le parlement haïtien la semaine dernière.
Pour y rémédier, le nouvel occupant de la primature propose, bien sûr, un train de mesures en vue de «promouvoir un système de production agricole rentable pouvant garantir un revenu acceptable aux producteurs».

Entre le bien dit et cette volonté manisfestée par d’autres PM de revitaliser cet important secteur de l’économie nationale il y a, fort malheureusement, tout un ensemble de facteurs et de paramètres que même de massifs investissements ne sauraient modifier dans l’immédiat.

Le chef de gouvernement s’est fixé de nombreux objectifs dont les plus ambitieux demeurent l’augmentation de 50% le revenu per capita rural en le faisant passer de $400 à $800/l’an, la réduction de 25% la dépendance alimentaire pour atteindre un taux d’autosuffisance de 60% au bout des cinq prochaines années.
Pour y arriver, il annonce des actions spectaculaires dont l’augmentation de la superficie totale des terres arrosées qui passera de 50,000 à 120,000 hectares en 5 ans, la construction de 1500 kilomètres de routes agricoles et la réhabilitation de 850 kms.


Quel est le montant des investissements dans ce secteur ? Les investissements consentis pourront-ils aider à l’augmentation du rendement à l’hectare ? L’exploitation dans les meilleures conditions  de l’espace cultivable et consacré à l’agriculture peut-elle nourrir plus de 9 millions d’habitants ? Une agriculture haïtienne réhabilitée pourra-t-elle tenir le coup face à l’invasion des produits agricoles en provenance de l’étranger particulièrement de la république voisine ?
Autant de questions qui devront, à notre avis, faire l’objet d’un débat national car il en va du futur de nos populations qui vivent en milieu rural.

A Caméra Mosaïque, l’économiste Jean Yves Joseph a analysé la politique agricole du nouveau gouvernement dans un entretien avec notre collaborateur Julio Midy.


 


 

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)