Après plusieurs escales en Afrique (Burkina Faso, Cap Vert, Gabon, Tanzanie), en Europe (Danemark), dans l'Océan Indien (Réunion) et dans le Pacifique (Vanuatu), c'est Haïti qui a été choisi pour représenter la Caraïbe dans le cadre du projet “Réseau de festivals de musique ACP” (Afrique, Caraïbes, Pacifique), du 29 au 31 janvier prochain.

Il est important de tracer une distinction claire entre « langue étrangère » et « langue seconde ». En effet, les deux termes se réfèrent à une langue qui n’est pas la langue maternelle de ses locuteurs. Mais, là s’arrêtent les ressemblances entre les deux notions dont les objectifs, les méthodes d’enseignement et les statuts dans la société diffèrent assez profondément.

De tous les pays créolophones de la Caraïbe, Haïti est le seul où a été adoptée par décret une loi autorisant l’écriture du kreyòl dans les écoles et fixant les principes de la graphie de cette langue. C’était en janvier 1980. Sept ans plus tard, en mars 1987, une constitution proclama le kreyòl la langue officielle d’Haïti à égalité avec le français qui jouissait de ce statut depuis 1918 durant l’occupation américaine.

Je n’ai pas bougé de chez moi durant toute cette journée du 12 janvier 2012. Je voulais rester avec moi-même pour méditer sur ce moment absolument inoubliable du 12 janvier 2010 et de l’arrivée d’une catastrophe que certains spécialistes avaient vu venir mais sans pouvoir prédire avec exactitude l’arrivée (la science n’a pas encore atteint cette sophistication, malheureusement). Je savais déjà ce que j’allais faire : écouter les radios haïtiennes sur Internet, mais aussi la BBC, NPR, et France-Culture qui avait annoncé deux émissions sur le deuxième anniversaire du séisme.

Gabriel FortunéCe n’est pas un rêve.  Les 3 jours gras pour le carnaval 2012 auront lieu bel et bien aux Cayes. Le délégué départemental du Sud Gabriel Fortuné est plutôt fier d’une telle décision prise par l’administration de Michel Joseph Martelly qui constitue la concrétisation d’une promesse faite durant la campagne électorale  et renouvelée le  18 décembre dernier à l’occasion des fêtes de fin d’année.«Ce carnaval pour nous les gens du Sud est un cadeau inestimable  qui va nous donner l’occasion de mettre en exergue les multiples  potentialités du département » a déclaré l’ex-parlementaire.

Du 28 au 31 janvier 2012, Haïti accueillera le projet “Réseau de  festivals de musique ACP” (Afrique, Caraïbes, Pacifique). Piloté par  l'association française Zone Franche, réseau des musiques du monde, le  projet vise à développer les filières musicales autour des festivals  partenaires dans l'espace ACP. Ce projet est soutenu par le programme d'appui aux industries culturelles ACP, programme du Groupe des Etats  ACP financé par l'Union Européenne.

Tout le monde connait la fameuse expression italienne « Traduttore, traditore » (littéralement, traducteur, traitre) joli jeu de mots qui, rendu en français, peut se lire « Traduire, c’est trahir ». En comparant un traducteur à un traitre, ce jeu de mots italien s’attache à montrer les énormes difficultés qui se dressent dans le processus de la traduction où il s’agit de rendre aussi parfaitement que possible dans la langue-cible la pensée exprimée dans la langue-source.

Mona GuérinL’écrivain et femme de théâtre prolifique et réputée en Haïti et à l’étranger Mona Guérin, qui avait été en 1984 la marraine de ma promotion de philo au Nouveau Collège Bird , s’est éteinte le vendredi 30 décembre 2011 a l’âge de 77 ans des suites d’une maladie qu’elle a courageusement supportée, a-t-on appris avec beaucoup de peine. Journaliste, écrivain, éducatrice assidue, auteur du feuilleton radiophonique très prisé intitulé « woy ! Les voila !!! », Mona Guérin est née a Port-au-Prince le 9 octobre 1934.

Ainsi que je le fais tous les ans depuis un certain temps, je présente dans ce texte une sélection  commentée de dix des livres de fiction d’auteurs haïtiens que j’ai lus et aimés au cours de cette année. Une petite innovation cependant : pour la première fois, j’ai inclus dans ma liste un documentaire paru en DVD qui m’a tellement plu que je me suis senti obligé d’en parler. J’espère que les lecteurs apprécieront cette intrusion d’un genre dont la nature semble le placer loin de l’objet livre mais qui relève aussi, d’une manière générale, de l’œuvre d’art. A ce titre, ce documentaire mérite de figurer dans ma liste commentée.

Haiti J'accuse, le roman d'essai de Frantz Jean-BaptistTous ceux qui, dans l’Etat du Massachusetts, ont eu l’occasion de rencontrer cet intellectuel peu loquace, au regard soutenu et pensif, à l’allure à la fois rassurante et prudente, savaient qu’il allait, un jour, nous livrer tôt ou tard dans un ouvrage,  ses années de réflexions et de recherche sur Haïti, ses frustrations face à la gestion «malsaine »  de ce pays qu’il a laissé malgré lui, à l’âge de 25 ans, pour s’exiler en France dans les années 80 avant de tenter l’expérience nord-américaine au début de ce siècle.En effet, hier dimanche, environ 300 compatriotes ont bravé le froid (7-10 degrés C) pour assister au luxueux Club Lantana à la vente-signature de «Haïti J’accuse», le premier ouvrage de Frantz Jean-Baptiste, paru aux éditions EDUCA VISION. Un récit, un roman, un essai. Ni l’un, ni l’autre.

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)