Imprimer
Affichages : 1056

Port au Prince, le 19 novembre 2015—IFC, membre du Groupe de la Banque Mondiale, et la Banque Centrale d’Haïti ont signé aujourd’hui un accord qui permet à IFC d’échanger des dollars américains contre des gourdes haïtiennes en vue d’accorder aux clients des prêts en monnaie locale. IFC se servira de ce  swap pour effectuer dans le secteur privé local des investissements ou crédits à long terme libellés en gourdes notamment auprès de Petites et Moyennes Entreprises (PME), et accompagner ainsi le pays dans ses efforts d’augmenter l’utilisation de la monnaie locale dans l’économie.
 

IFC est la première institution financière internationale à conclure un accord de swap à long terme avec la Banque de la République d'Haïti (BRH) pour offrir dans le pays des services financiers libellés en gourdes. En Haïti, les prêts à long terme au secteur privé sont souvent en monnaie étrangère telle que le dollar américain. Lorsque les entreprises empruntent dans la monnaie dans laquelle elles gagnent leurs revenus, elles peuvent éviter le risque de change et se concentrer sur leur croissance et la création d’emplois.

"Nous œuvrons avec l’IFC sur un large éventail d’initiatives pour stimuler  le système financier en Haïti. L’accord de ce jour s’inscrit dans le cadre de cet excellent partenariat que nous avons forgé, "a déclaré Charles Castel, gouverneur de la Banque Centrale. "Notre objectif est d’appuyer les entrepreneurs locaux et de développer l’économie locale tout en veillant au maintien du caractère sûre et sain du système financier."

Le Vice-président et Trésorier d’IFC, Jingdong Hua, a réaffirmé l’engagement d’IFC  envers le secteur privé haïtien lors d’une visite dans le pays, en soulignant la nécessité de renforcer les marchés des capitaux locaux pour promouvoir la croissance économique. 

"Les marchés de capitaux locaux représentent une source essentielle de financement à long terme en monnaie locale pour le secteur privé—qui joue un rôle crucial en matière de création d’emplois dans les marchés émergents comme Haïti, » a estimé Jingdong Hua, Vice-président et Trésorier. « Cet accord traduit la volonté d’IFC d’œuvrer de concert avec la Banque Centrale d’Haïti en vue d’augmenter l’accès aux services financiers pour les entrepreneurs locaux grâce à des innovations au niveau du marché des capitaux."

Les prêts à long terme au secteur privé dans les pays en développement sont souvent en devises étrangères comme le dollar. Le peu de ressources pour des prêts à long terme en monnaie locale peut entraver l’accès au crédit pour les entreprises dans les secteurs de l’infrastructure, de la manufacture, de l’agro-industrie et du tourisme, ainsi que pour les petites et moyennes entreprises qui ont surtout des revenus en monnaie locale. Les entreprises de ces secteurs sont exposées à des risques de change considérables  lorsqu’elles obtiennent des financements en devises fortes. 

 

IFC a élaboré avec succès un programme dynamique de prêts en monnaies locales, tout d’abord en procédant à des swaps de devises avec des grandes banques internationales pour obtenir la monnaie locale nécessaire pour l’octroi d’autres prêts, et ensuite en élargissant le champs des institutions financières qualifiées pour y inclure des banques locales solides. Le recours aux marchés de swaps créés a permis à IFC de fournir des financements en monnaie locale dans plus de 30 pays. 

Au cours de sa première visite en Haïti, Hua a voulu rencontrer des chefs d’entreprises, le ministre de l’Economie et des Finances, M. Wilson Laleau et le Gouverneur Charles Castel avec qui il a organisé un atelier pour appuyer le développement des marchés de capitaux locaux en Haïti.

Le représentant résident d’IFC en Haïti, Sylvain Kakou, est basé à Port au Prince depuis 2014 et il est chargé de coordonner le programme des investissements et des services-conseil d’IFC dans le pays. En date de novembre 2015, le portefeuille d’IFC en Haïti s’élevait à 114 millions de dollars, dont 22 millions de dollars mobilisés auprès d’autres partenaires. IFC intervient dans des secteurs comme l’hôtellerie, l’énergie, les marchés financiers et l’industrie manufacturière. Par le biais de ses programmes de services-conseil avec le secteur privé et le gouvernement, IFC soutient l’accès aux services financiers, les partenariats public-privé, les améliorations du climat de l’investissement en Haïti et des programmes qui permettent aux petites et moyennes entreprises d’être plus productives. L’année dernière, les clients d’IFC en Haïti ont généré plus de 9 600 emplois dans le pays.

 

À propos d’IFC

La Société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement au service exclusif du secteur privé dans les pays émergents. En collaboration avec plus de 2 000 entreprises dans le monde, elle utilise son capital, ses compétences et son influence pour créer des opportunités là où elles font le plus défaut. Durant l’exercice 2015, ses investissements à long terme dans les pays en développement s’élevaient à près de 18 milliards de dollars et ont aidé le secteur privé à jouer un rôle majeur dans l’action menée au niveau mondial pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée. Pour de plus amples informations, consulter le site www.ifc.org

 

À propos de la Banque de la République d'Haïti

La Banque de la République d’Haïti (BRH) est la Banque Centrale d’Haïti et en tant que telle, ses attributions légales et institutionnelles sont d’assurer la stabilité des prix, la supervision et la règlementation du secteur financier (excluant les compagnies d’assurance), l’efficacité des systèmes de paiements, agir comme  banquier et agent fiscal de l’Etat.   Depuis quelque temps, la BRH met l’accent sur l’augmentation du crédit, particulièrement au profit  de secteurs productifs ainsi que sur l’inclusion financière comme moteur de croissance de l’économie.  Pour de plus amples informations, consulter le site  www.brh.ht