Imprimer
Affichages : 2011

Port-au-Prince, 13 Janvier 2015 – La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et les autres membres de la communauté internationale en Haïti représentés dans le « Core Group » (les ambassadeurs du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de France, de l’Union européenne, et le Représentant spécial de l’Organisation des États américains), déplorent que la session extraordinaire convoquée pour voter les amendements de la loi électorale n’ait pas eu lieu.

Le « Core Group » est aussi gravement préoccupé du fait que le Parlement haïtien soit devenu dysfonctionnel puisque les élections ne se sont pas tenues dans les délais prescrits par la Constitution. Dans ce contexte, « le Core Group » exprime son appui au Président de la République dans l’exercice de son devoir constitutionnel visant à assurer le fonctionnement régulier des institutions et la continuité de l’Etat. Dans ces circonstances exceptionnelles, le « Core Group » espère que l’Exécutif et tous les acteurs politiques agiront avec responsabilité et avec mesure.

Le « Core Group » salue l’accord politique récemment conclu entre le Président Martelly et plusieurs partis de l’opposition. Dans l’intérêt supérieur de la nation, il encourage tous les acteurs à se joindre au consensus à travers cet Accord. Reconnaissant les efforts du Président de la République et d’autres acteurs afin de rétablir la confiance dans le processus politique, le « Core Group » exhorte toutes les parties prenantes à poursuivre les négociations avec l’objectif de former, de toute urgence, un gouvernement de consensus et un nouveau Conseil électoral provisoire s’inspirant de l’Article 289 de la Constitution et d’organiser en 2015, dès que techniquement possible, des élections inclusives, justes et transparentes afin de consolider la démocratie et la stabilité.