Imprimer
Affichages : 1988
Des policières de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH). Photo: ONU/Logan Abassi

Constatant qu'au cours de l'année écoulée Haïti a fait des progrès sur la voie de la stabilisation, le Conseil de sécurité a décidé mardi de proroger d'un an – jusqu'au 15 octobre 2015 -, le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), mais de diminuer ses effectifs.

Constatant qu'au cours de l'année écoulée Haïti a fait des progrès sur la voie de la stabilisation, le Conseil de sécurité a décidé mardi de proroger d'un an – jusqu'au 15 octobre 2015 -, le mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), mais de diminuer ses effectifs.

Par une résolution adoptée à l'unanimité, le Conseil a décidé que l'effectif global de la MINUSTAH serait ramené à 2.370 soldats pour sa composante militaire et à 2.601 personnes pour sa composante de police.

Avec ces effectifs plus restreints, la composante militaire n'aidera les institutions haïtiennes que si la police nationale d'Haïti n'était pas en mesure de rétablir l'ordre avec l'appui de la composante de police de la MINUSTAH. Considérant qu'il s'agit là d'« une tâche des plus cruciales », la résolution prie la Mission de continuer de redoubler d'efforts pour encadrer et former les agents de la police et de l'administration pénitentiaire haïtiennes.

Les membres du Conseil ont également affirmé que tout aménagement de la configuration de la force devrait dépendre des conditions de sécurité sur le terrain, notamment dans le contexte des prochaines élections législatives et locales et du scrutin présidentiel, ainsi que du développement croissant des capacités de l'État haïtien.

« En dépit des progrès importants accomplis en 2014, Haïti reste en proie à de sérieux problèmes humanitaires, alors que quelque 85.432 déplacés vivent dans les camps restants, dans des conditions qui laissent encore à désirer, caractérisés par la malnutrition et un accès irrégulier à l'eau et à des toilettes fonctionnelles, les femmes et les enfants étant particulièrement touchés », ont souligné les membres du Conseil dans la résolution.