Imprimer
Affichages : 1885

Des champions du monde en Haïti
En vue d’honorer la promesse de participer à la reconstruction du pays, le ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique (MJSAC), en collaboration avec le Comité olympique haïtien (COH), a fait venir des champions qui ont organisé des cliniques pour plus de 2 000 jeunes dans le camp de fortune au parc Jean Mary Vincent.

Des champions du monde en Haïti
En vue d’honorer la promesse de participer à la reconstruction du pays, le ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique (MJSAC), en collaboration avec le Comité olympique haïtien (COH), a fait venir des champions qui ont organisé des cliniques pour plus de 2 000 jeunes dans le camp de fortune au parc Jean Mary Vincent.

Emmanuel Petit (football), Fisher Laurence (karaté), Richard Dacoury (basket-ball), et Stéphane Diagana (athlétisme), quatre ex-champions français, ont rendu visite le mardi 25 mai écoulé aux enfants qui participent au programme d’urgence du Comité olympique haïtien (COH) financé par l’Unicef et supporté par le ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique (MJSAC), Peace and Sports et du Comité olympique américain (USOC).

« Le sport a un rôle important à jouer dans le processus de reconstruction d’Haïti en plus de permettre aux enfants victimes du séisme du 12 janvier de mieux s’armer pour attaquer la vie. Je suis très contente de venir en Haïti pour partager avec ces enfants ce que j’ai appris durant ma carrière », avait déclaré Laurence Fisher, trois fois championnes du monde en karaté.

De son côté, l’ex-champion d’athlétisme en 400 m haies, Stéphane Diagana, a affirmé que « pour un enfant, la participation à des activités physiques et sportives peut marquer la différence entre la survie et la vie ». Il a ajouté qu’ils sont en Haïti pour voir les besoins afin d’envoyer après leur retour dans leur pays natal des matériels sportifs au profit des enfants haïtiens. « Ce serait notre petite contribution dans la reconstruction de ce pays », avait-il mentionné.

« Je suis étonné de voir comment ces enfants sont heureux d’apprendre les techniques du basket-ball. Je ne m’y attendais pas. En eux, je vois qu’Haïti a beaucoup d’espoir. Il faut cependant les encadrer et les déplacer dans un endroit plus décent. Nous allons faire tout ce que nous pouvons pour les aider. Je remercie le MJSAC et le COH qui nous ont donné cette possibilité de venir prendre ce bain d’espoir », avait déclaré le basketteur Richard Dacoury, sportif français le plus titré, tous sports confondus.

Le champion du monde de foot, Emmanuel Petit, très ému de l’accueil offert par les enfants du camp, a déclaré qu’il va mobiliser d’autres footballeurs pour la cause d’Haïti parce qu’il y a de l’espoir en ces enfants quoiqu’ils vivent dans des situations difficiles. Petit avait profité de l’occasion pour demander pardon aux fans du Brésil pour son troisième but contre la Seleção en 1998 lors de la finale du 12 juillet.

« Je sais que vous avez souffert en 1998 mais il fallait que nous ayons notre premier trophée mondial et c’est dommage contre le Brésil. Je vous demande pardon mais il fallait… », a-t-il dit sur un ton ironique.

Tous les enfants du camp qui participent au programme d’urgence n’ont pas caché leur joie de la présence de ces champions. « Au nom de tous les enfants, je remercie tous ceux qui ont eu l’amabilité de faire venir ces champions dans le pays. Malgré nos souffrances, nous sommes très contents de les voir et de les toucher. Je suis très heureuse de parler avec Emmanuel Petit. J’avais l’habitude de le voir à la télé mais aujourd’hui je l’ai embrassé. C’est un moment que je n’oublierai jamais », a martelé Nadia.

Nous avons appris que le programme d’urgence n’est pas seulement dans la zone métropolitaine. Les enfants de Léogâne qui sont dans des camps de fortune et dans des écoles participent depuis deux semaines à ce programme. À travers ce projet, les jeunes ont la possibilité de prendre connaissance de nouvelles disciplines, entre autres, baseball, football américain, hockey et rugby.