Imprimer
Affichages : 1712

"Haïti ne mourra pas ! Haïti ne peut pas périr" déclare le président Préval
Dans une nouvelle adresse à la nation datée de ce lundi 8 Février, 4 jours  avant la fin du mois de deuil décrété en mémoire des nombreuses victimes de la  catastrophe du 12 Janvier, le président René Préval a déclaré que ‘’Haïti ne va  pas mourir et Haïti ne peut pas périr’’.

"Haïti ne mourra pas ! Haïti ne peut pas périr" déclare le président Préval
Dans une nouvelle adresse à la nation datée de ce lundi 8 Février, 4 jours  avant la fin du mois de deuil décrété en mémoire des nombreuses victimes de la  catastrophe du 12 Janvier, le président René Préval a déclaré que ‘’Haïti ne va  pas mourir et Haïti ne peut pas périr’’.
Le chef de l’Etat qui a profité de  cette intervention pour remercier plusieurs personnalités haïtiennes et  étrangères qui ont généreusement et spontanément apporté leur aide aux victimes  du séisme a invité la population à la patience ; conscient sans doute qu’il est  des difficultés de l’acheminement de l’aide aux sinistrés et des nombreuses  attentes non satisfaites notamment en matière de tentes pour des milliers de  gens qui dorment à la belle étoile. Le chef de l’exécutif pense en particulier à  des hommes comme l’ancien général Hérard Abraham (essence), l’Ingénieur Jude  Célestin (CNE), l’Agronome Michel Chancy, Charles  Clermont (abris provisoires), Dr Claude Suréna etc..René Préval a aussi salué  l’élan de solidarité spontanée dont ont fait preuve des dirigeants étrangers  dont certains sont venus en personne lui témoigner leur sympathie et solidarité  à l’occasion de ce drame aux dimensions considérables (3 à 400.000 morts, selon  des chiffres non officiels et 250.000 maisons détruites, selon le président  lui-même).

Comme il l’avait dit dans son interview exclusive avec le réseau  Radiotélécaraïbes la semaine dernière, René Préval a indiqué que les travaux de  communication déjà engagés ou sur le point de l’être doivent être poursuivis  car, le pays doit continuer à vivre malgré la catastrophe. Le nouveau  pensionnaire de la DCPJ cite les cas de l’aéroport du Cap-haïtien, les rues de  la même ville (à asphalter), les routes Gonaïves-Port-de-Paix, Miragoâne-Petit  Trou de Nippes, Cayes-Jérémie etc.

Sur le dossier de la reconstruction, le chef de l’Etat a indiqué que la tâche  ne sera pas seulement de reconstruire la capitale (Port-Au-Prince) mais, c’est  le pays entier qu’il faut reconstruire car, un travail fait à demi va provoquer à nouveau l’exode rural qui a valu la capitale  de bidonvilles que nous avions (c’est nous qui ajoutons). A noter que le gouvernement fait actuellement face à une sérieuse gronde en raison de sa gestion catastrophique de la crise et surtout de la distribution calamiteuse de l’aide. Des milliers de gens étaient massés devant le siège du  gouvernement (DCPJ) vendredi dernier, à l’occasion de la visite de Bill Clinton (émissaire de l’ONU) pour dénoncer l’incompétence et l’irresponsabilité des autorités du pays.