Imprimer
Affichages : 1903

Vote de la loi d’urgence par le parlement: les sénateurs Gilles, Hériveaux et Jean pointés du doigt par le Réseau National de Défense des Droits de l'Homme (RNDDH)
Pierre Espérance et son Réseau National de Défense des Droits de l'Homme (RNDDH) ne veut pas en rester là dans le tollé soulevé par le vote de la loi d'urgence au parlement de la République en milieu du mois et les suspiscions de corruption qui ont entouré cette séance au grand corps.

Vote de la loi d’urgence par le parlement: les sénateurs Gilles, Hériveaux et Jean pointés du doigt par le Réseau National de Défense des Droits de l'Homme (RNDDH)
Pierre Espérance et son Réseau National de Défense des Droits de l'Homme (RNDDH) ne veut pas en rester là dans le tollé soulevé par le vote de la loi d'urgence au parlement de la République en milieu du mois et les suspiscions de corruption qui ont entouré cette séance au grand corps.

Le RNDDH a en effet écrit à l'Unité de Lutte contre la Corruption (ULCC) et l'Unité de Renseignement Financiers (UCREF) pour leur demander d'ouvrir une enquête sur des rumeurs persistantes dans le milieu laissant entendre que les sénateurs Céméphise Gilles, Judnel Jean et Rudy Hériveaux auraient été monnayés pour prendre part à la séance et ainsi donner le quorum à la plate-forme présidentielle INITE pour la ratification de cette loi qui avait déjà été votée une semaine plutôt à la chambre basse.

Les montants avancés seraient de 5 millions de gourdes, 300.000 gourdes et 40.000 dollars américains, lit-on dans cette correspondance du RNDDH adressée à l'ULCC et à l'UCREF. Les concernés n'ont pas mis du temps à réagir. Le sénateur Hériveaux a traité de tous les maux le RNDDH qui ne serait pas un organisme de défense des droits de l'homme crédible, selon lui. Le parlementaire qui serait déjà en consultation avec ses avocats envisage d'intenter une action en justice contre le RNDDH pour propos diffamatoire qui portent atteinte à la personnalité du parlementaire.

"C'est une accusation farfelue, grotesque et gratuite", a indiqué le sénateur qui parle de démarche malhonnête et de pratique politicienne visant à le discréditer.