Imprimer
Affichages : 1883

Nouvelle tempête politique en Haïti: Préval sollicite du parlement la prolongation de son mandat
La rumeur s'est confirmée, un projet de loi remis hier au parlement et dont copie est parvenue à Infohaiti.net  par a fait état de la prorogation du mandat du président René Préval jusqu'à l'élection d'un nouveau président ou à l'expiration des 5 ans de sa présidence, soit le 14 Mai 2011.

Nouvelle tempête politique en Haïti: Préval sollicite du parlement la prolongation de son mandat
La rumeur s'est confirmée, un projet de loi remis hier au parlement et dont copie est parvenue à Infohaiti.net  par a fait état de la prorogation du mandat du président René Préval jusqu'à l'élection d'un nouveau président ou à l'expiration des 5 ans de sa présidence, soit le 14 Mai 2011.

Le mandat des députés et des sénateurs élus pour 4 ans va rester tel qu'il était, c'est-à-dire qu'ils partiront à la date du 10 Mai comme prévu. La 48e législature dispose seulement de 4 jours pour plancher sur ce projet de loi qui a provoqué une véritable tempête politique en Haïti depuis sa lecture en direct hier par Jn-Monard à l'émission Intersection sur Caraibes FM. A chaud, pour notre site, Himmler Rebu du GREH a estimé que "ceci doit être forcement un tract car,  René Préval n'est pas fou et Il sait que ce texte que vous venez de lire n'est pas un arrêté mais une prison", une référence ironique au sort qui peut être réservé au chef de l'Etat pour cette "folie furieuse", dit-il. Me René Julien de l'Amicale des juristes et de ADEBAH a lui-même lancé un appel pressant à toutes les forces vives de la nation afin que celles-ci fassent échec au « plan dictatorial de René Préval ».

Pour sa part, le Dr Henri Robert Sterlin dénonce un coup à la Zelaya en référence à la tentative du président hondurien de changer la constitution de son pays et ll appelle le peuple à se soulever pour contrecarrer le projet de régime totalitaire de René Préval. Le juriste Stanley Lafortune estime, de son côté, que la démarche du chef de l'Etat visant la modification de l'article 232 de la loi électorale du 9 juillet 2008 prorogeant son mandat est une provocation, une déclaration de guerre à la société.

Le sénateur Andrice Riche n'en revient pas. "ll aurait été tellement plus simple au président de se déclarer président à vie plutôt que de demander cette prolongation de mandat", s'est emporté le parlementaire de L'OPL. Youri Latortue est lui aussi révulsé: "ll n'y a pas de confusion possible dans la constitution, le mandat du président se termine le 7 Fevrier alors qu'Il n'y a pas de date pour les autres élus". Le sénateur Eddy Bastien crie lui aussi à la dictature; même discours du côté du sénateur William Jeanty des Nippes qui croit que le chef de l'Etat avait montré ses griffes dictatoriales depuis la loi d'urgence et qu'il importe à la population de lui donner la réponse appropriée.

Le président de la chambre basse, Levaillant Louis Jeune ne voit lui aucune violation de la constitution de 1987:"Le président était investi en mai 2005, Il doit partir en mai 2011 pour boucler ses 5 ans de mandat". Steven Benoit, le fougueux et sulfureux député de Pétion Ville croit que la réponse, on doit la donner dans la rue au chef d'Etat qui dévoile son vrai visage et "je serai avec le peuple sur le béton", dit-il.  Le premier ministre Jann Max Bellerive dit lui-même ne pas voir de dérive puisque c'est la constitution qui prévoit un mandat de 5 ans.