Imprimer
Affichages : 2253

Attaque contre le PDG de Radio Caraibes: les témoignages arrivent de partout
Ils sont nombreux les haïtiens du territoire et de la diaspora et aussi des amis de la communauté internationale qui ont manifesté leur solidarité à l'endroit de Radio Caraibes et de son directeur Patrick Moussignac qui a été l'objet d'une attaque d'un bandit vendredi dernier au matin alors qu'il revenait de la banque.

 Attaque contre le PDG de Radio Caraibes: les témoignages arrivent de partout
Ils sont nombreux les haïtiens du territoire et de la diaspora et aussi des amis de la communauté internationale qui ont manifesté leur solidarité à l'endroit de Radio Caraibes et de son directeur Patrick Moussignac qui a été l'objet d'une attaque d'un bandit vendredi dernier au matin alors qu'il revenait de la banque. Pendant presque tout le week-end et dans toutes les émissions de la radio, des témoignages de sympathie et de profonde reconnaissance à  la radio pour le rôle moteur qu'elle joue dans la formation, l'information, l'éducation et la distraction du peuple à travers des générations sont reçus de tous les coins du pays et du monde; Patrick Moussignac dont le véhicule a essuyé pas moins de 7 projectiles dans ce qui s'apparente à une tentative de braquage  est réconforté par toute cette marque de sympathie qui l'a profondément touché.

Une petite manifestation a même été organisée par des militants de base des partis qui réclament la démission de René Préval de concert avec les employés révoqués de l'Administration publique en plein Ranmase hier samedi et ils en ont profité pour rendre le pouvoir du président René Préval responsable de l'incident. Les dirigeants politiques sont du même avis et croient dur comme fer qu'il ne s'agit pas d'un acte de banditisme isolé. Me Reynold Georges, les sénateurs Latortue, Beauplan et Jeanty, l'ancien président de la chambre des députés,  Pierre Eric Jn Jacques, l'ancien maire Evans Paul, l'ancien sénateur Turneb Delpe, Me Osner Fevry, Me Gérard Gourgue, Me André Michel estiment tous que l'acte vise la ligne objective et l'engagement aux cotés du peuple de la Radio Caraibes. "La dictature commence généralement comme ça", a averti Me Févry.