Imprimer
Affichages : 1452

Ranmase: « Osner Févry pire que Roody Hériveaux », dixit Reynold George
Le dirigeant de l’ALAH n’en revient pas ; l’attitude de son collègue et ami Osner Févry est surprenante et inquiétante. « Il m’a roulé dans un procès en référé dans lequel nous nous étions engagés pour faire déclarer illégale et inconstitutionnelle la loi sur l’Etat d’urgence votée par le parlement sur demande du président Préval ; pire encore, dit Me Georges, j’ai entendu Osner à la radio défendre ce même Préval que hier encore il accusait, avec moi, d’apprenti dictateur et de corrompu ».

Ranmase: « Osner Févry pire que Roody Hériveaux », dixit Reynold George
Le dirigeant de l’ALAH n’en revient pas ; l’attitude de son collègue et ami Osner Févry est surprenante et inquiétante. « Il m’a roulé dans un procès en référé dans lequel nous nous étions engagés pour faire déclarer illégale et inconstitutionnelle la loi sur l’Etat d’urgence votée par le parlement sur demande du président Préval ; pire encore, dit Me Georges, j’ai entendu Osner à la radio défendre ce même Préval que hier encore il accusait, avec moi, d’apprenti dictateur et de corrompu ». Me Reynold George croit dur comme fer que Osner Févry est pire que le sénateur Roody Hériveaux qui avait roulé ses collègues pour aller donner quorum pour le vote de la loi en question au sénat de la République.

Me Osner qui était au téléphone a préféré jouer sur la carte de l’amitié avec Me George pour éviter d’avoir à dire si oui ou non il avait reçu 3 millions de gourdes pour changer de « casaque » comme l’ancien sénateur le lui avait demandé. « Nous sommes des alliés naturels Reynold, ne laissons pas les fauteurs en eau  trouble  provoquer des disputes inutiles entre nous », a dit Me Févry qui est entré dans un luxe de détails dont lui seul a le secret pour expliquer pourquoi l’action en justice dont avait parlé le chef de l’ALAH n’avait pas abouti.

Le sénateur Youri Latortue, les anciens députés Steven Benoît, Esdras Fabien et Jean David Genesté s’attachaient eux à justifier une initiative qu’ils ont annoncée dans la presse cette semaine consistant à réunir la grande opposition à Préval dans un vaste mouvement unitaire (COREH) et corriger les lacunes qui avaient facilité l’accession au pouvoir de celui-ci en 2006. La sénateur Edmonde Supplice Beauzile, au téléphone, n’est pas convaincue de l’opportunité de la démarche étant donné qu’elle vise la participation de l’opposition aux prochaines élections convoquées par Préval et avec son CEP corrompu et discrédité pour le 28 Novembre. « Je salue votre volonté de trouver une issue à l’impasse actuelle mais, nous ne pouvons oublier que des sénateurs dont Youri Latortue et moi-même avaient écrit au congrès américains et autres pour leur demander de ne donner même pas un sou à ce pouvoir qui s’apprêtait à organiser des élections-sélections dans le pays. Au risque d’être incohérents, dit-elle encore, nous ne pouvons aujourd’hui nous embarquer dans une dynamique électorale sans que les conditions minimales que nous avions dénoncées ne soient réunies ; et d’ailleurs, a poursuivi Mme Beauzile, le feedback était jusque-là positif puisque de larges secteurs de la communauté internationale dont des sénateurs américains commençaient à reconnaître le caractère inique et sectaire du pouvoir de Port-au-Prince ».

Le père Annick Joseph, transfuge de l’OPL s’est montré très critique vis-à-vis du président Préval qui aurait fait preuve d’incompétence et de mauvaise foi à la tête du pays. Il a appelé à la poursuite de la mobilisation pour faire partir toute cette clique. Le prêtre catholique a fourni des détails sur l’utilisation des fonds de l’Etat par le ministre de l’Intérieur à des fins électoralistes pour satisfaire les appétits démesurés de pouvoir du président Préval. Les initiateurs du Collectif pour le Renouveau Haïtien (COREH) indiquent ne pas avoir de décisions arrêtées sur la question des élections mais, attendent d’avoir une nouvelle réunion la semaine à venir avec les dirigeants de la classe politique de l’Opposition pour se prononcer de manière définitive sur cette question. Mais, leurs discours à Ranmase trahissent bien cette prudence car, il est clair qu’ils sont bel et bien intéressés à participer aux prochaines  élections. En conclusion, Me Reynold George a formulé le vœu de voir René Préval franchir le seuil du pénitencier au terme de son mandat présidentiel pour les nombreuses violations de la constitution dont il se serait rendu coupable.