Mme Valérie Pécresse, ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche (MESR)Mme Valérie Pécresse , la ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche (MESR) a clôturé cet après-midi une visite de deux (2) jours dans le Massachusetts, capitale universitaire des Etats-Unis.

Mme Valérie Pécresse, ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche (MESR)Mme Valérie Pécresse, la  ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche a clôturé cet après-midi une visite de deux (2) jours dans le Massachusetts, capitale universitaire des Etats-Unis.
Au cours de son séjour, la ministre s'est entretenue notamment avec les responsables des institutions universitaires de la région dont le Massachusetts Institute of Technology (MIT). Au Centre des Etudes Européennes (CES) de l'université Harvard lundi après-midi, la ministre Pécresse a prononcé une conférence sur "la nouvelle université française: une opportunité de coopération avec les centres académiques américains".

Rendre l'université française attractive, sortir de la paralysie de la gouvernance actuelle, et faire en sorte que la recherche universitaire soit visible à l'échelle internationale, tels étaient les trois principaux objectifs de la refonte du système universitaire français votée par l'Assemblée Nationale le 1er Août 2007 à la suite de débats vraiment houleux au niveau politique et des mouvements de la rue orchestrés par les syndicats d'enseignants/chercheurs et des associations d'étudiants.

La ministre Valérie Pécresse a expliqué que la réforme de 2007 répondait d'abord à ce besoin urgent de connecter l'université au marché du travail en améliorant l'insertion professionnelle des jeunes diplômé car 50% de "nos étudiants en 2007 étaient en situation d'échec au moment de boucler les deux premiers semestres alors que 53% des diplômés avaient beaucoup de difficultés à entrer sur le marché du travail". Deuxième volet de la réforme concerne l'autonomie des universités, sorte de "lourde machine que dirigeait l'Etat" parfois dans la méconnaissance des problèmes réels ou des besoins urgents du monde universitaire.

La loi de 2007 garantit non seulement l'autonomie des univesités mais elle met également à la disposition des conseils d'administration plus de moyens financiers pour moderniser les espaces physiques des campus et expérimenter de nouveaux cursus plus adaptés aux besoins d'un monde de plus en plus compétitif. "Ce n'est pas tout. La loi autorise également la création de fondations et le regroupement universitaires" a ajouté Valérie Pécresse lors de cette conférence au Centre des Etudes Européennes (CES) de l'université Harvard lundi après-midi.

Autre important volet  de la réforme de l'enseignement supérieur : l'application de la recherche pour faire face aux défis du 21ème siècle et renforcement de la visibilité française dans ce domaine sur le plan international. "Depuis la promulgation de cette loi, environ 800 accords de coopération ont été signés entre des universités françaises et américaines" a fait remarquer la ministre qui souligne une forte augmentation de la présence en France des grands géants des industries américaines et asiatiques.

Juste avant de laisser cet après-midi le campus universitaire de Harvard accompagné de M. Christophe Guilhou, Consul Général de France en Nouvelle-Angleterre , Mme Valérie Pécresse, la ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche (MESR) a répondu à nos questions. (photos)

Infohaiti.net Tous Droits Reservés | cmosaique@aol.com (508) 498-0200 | midy2midy@aol.com (617) 470-1912 | Login

Site conçu et dessiné par : Yves Cajuste (Haitian Media Network)